Le métier d auxiliaire puéricultrice

Par définition, l’auxiliaire de puériculture est une personne qui a pour tache de soigner et de réaliser les activités d’éveil de l'enfant et de l'adolescent. Il participe aussi à la surveillance du bien être, l'état de santé et surtout le développement en général de ce dernier. Environ 60 000 auxiliaires de puériculture sont actuellement en activité en France.



Auxiliaire de puériculture

Par définition, l’auxiliaire de puériculture est une personne qui a pour tache de soigner et de réaliser les activités d’éveil de l’enfant et de l’adolescent. Il participe aussi à la surveillance du bien être, l’état de santé et surtout le développement en général de ce dernier. Environ 60 000 auxiliaires de puériculture sont actuellement en activité en France. Cette activité est régie par plusieurs articles du code de la santé publique : l’article R.4311-3 à 4311- 5 sur la responsabilité, l’article R.4383-12 sur la formation, l’article R.4311-4 sur l’exercice de la profession, et l’article R.4383-13 à R.4383-16 sur les ressortissants communautaires exerçant la profession en France. Un arrêté du 22 juillet 1994 portant sur le certificat d’aptitude aux fonctions d’auxiliaire de puériculture et le certificat d’aptitude aux fonctions d’aide soignante régit aussi l’activité de l’auxiliaire de puériculture…

L’auxiliaire de puériculture exerce des activités qui relèvent de l’initiative de l’infirmier ou de la puéricultrice. Les activités de l’auxiliaire de puériculture ne se portent seulement sur l’individu ou groupe d’enfant bien portant, l’auxiliaire de puériculture s’occupe aussi à l’accueil et à l’insertion sociale d’enfants malades, handicapés ou en situation d’exclusion de moins de 16 ans. L’auxiliaire de puériculture travaille en étroite collaboration avec les puéricultrices, les infirmiers et les autres aides-soignants. Du fait, on trouve l’auxiliaire de puériculture dans les établissements sanitaire et hospitalier (services de maternité, services pédiatriques, services de protection maternelle et infantile PMI  …), établissements sociaux ou encore dans les structures d’accueil : garderie crèche, pouponnière de l’ASE (Aide Sociale à l’enfance) …

La formation à suivre pour devenir auxiliaire de puériculture

La formation pour devenir un auxiliaire de puériculture se fait en alternance entre l’enseignement théorique et clinique de 595 heures soit 17 semaines, et le stage dans des établissements sanitaires, sociaux ou médico-sociaux de 24 semaines (840 heures/semaine). L’enseignement théorique et clinique comprend 8 modules qui se repartissent comme suit :

Module 1 : accompagnement dans les activités d’éveil d’un enfant (5 semaines) Module 2 : état clinique de l’enfant et l’adolescent (2 semaines)
Module 3 : soin (4 semaines) ;
Module 4 : ergonomie (1 semaine) ;
Module 5 : communication (2 semaines) ;
Module 6 : hygiène des locaux (1 semaine) ;
Module 7 : diffusion des informations (1 semaine) ;
Module 8 : organisation du travail (1 semaine).

Après la formation en salle sous forme de cours magistraux, de TD et de séances de pratiques et gestuels, les futures auxiliaires de puériculture doivent faire un stage en service de maternité, un stage en service pédiatrique, deux stages en structure d’accueil d’enfants, un stage en service de pédopsychiatrie et enfin un stage optionnel choisi par l’élève en fonction de son orientation professionnelle.

Pour la rentrée dans les instituts de formation en France, elle s’effectue généralement en septembre ou en janvier mais cela peut dépendre des instituts. Pour pouvoir intégrer les instituts de formation en auxiliaire de puériculture, aucun diplôme n’est requis. Toutefois, il faut être âgée de 17 ans aux moins et réussir les épreuves écrites et orales de sélection. L’épreuve écrite concerne le programme du BEP CSS : biologie humaine, nutrition et alimentation. Les candidats titulaires de BEP sanitaires et sociales ou du BEPA services aux personnes sont dispensés de ces épreuves écrites. Les personnes titulaires de diplôme professionnel d’aide-soignant, du diplôme d’Etat d’auxiliaire de vie sociale ou de certificat d’aptitude aux fonctions d’aide médico-psychologique sont dispensées de ces épreuves de sélection.

En ce qui concerne le diplôme, l’auxiliaire de Puériculture sera titulaire du Diplôme d’État d’Auxiliaire de Puériculture après avoir suivi une formation continue de 10 mois, une formation discontinue de 18 mois ou par Validation des Acquis de l’Expérience (VAE). Ce diplôme d’état est pour information délivré par les Directions Départementales Des Affaires Sanitaires Et Sociales (DRASS).

Devenir auxiliaire de puériculture par VAE

Le Diplôme d’État d’Auxiliaire de Puériculture est un diplôme professionnel paramédical qui peut acquis par la validation des acquis de l’expérience tout comme le Diplôme d’Aide Soignant. Pour accéder au Diplôme d’État d’Auxiliaire de Puériculture par la validation des acquis de l’expérience, l’intéressé doit présenter et justifier ses compétences professionnelles acquises d’au moins 4 ans qui sont en relation avec les activités d’éveil et des soins d’enfant via le « livret de recevabilité de demande de validation des acquis de l’expérience » qu’il doit déposer à la DRASS. Après acceptation de la demande, il doit suivre un module de formation et pourra déposer auprès de la DRASS un « livret de présentation des acquis de l’expérience ». Un entretien devant un jury permet d’obtenir ou non le diplôme demandé. Si le candidat a échoué, il dispose de 5 ans pour valider les unités de compétences qui manquent pour l’obtention du diplôme.

L’auxiliaire de puériculture en Europe

Les Diplômes d’Etat d’Auxiliaire de Puériculture ou d’aide-soignant acquis dans les autres pays de l’union européen et de la Confédération suisse sont reconnus en France. Mais le titulaire du diplôme doit présenter une attestation d’aptitude délivrée par le préfet de région après avis de la commission régionale de la DRASS.

Et tout comme les autres professions, les auxiliaires de puériculture ont aussi leurs associations professionnelles pour défendre le métier dans tous les domaines ou encore de promouvoir une formation de qualité. En France par exemple, on a l’Association Nationale des Auxiliaires de Puériculture (ANAP) et la Comité d’Entente des Écoles Préparant Aux Métiers de l’Enfance (CEEPAME). Côté rémunération, le salaire d’un auxiliaire de puériculture varie d’un secteur d’activités à l’autre et de l’ancienneté mais en moyenne, il s’échelonne autour de 1 300 euros. En milieu hospitalier publique, les Auxiliaires de Puériculture et les Aides Soignants partagent la même grille indiciaire dont la carrière se résume en trois grades : classe normale, classe supérieure et classe exceptionnelle. Le salaire en début de carrière est de 1358 euros et varie suivant le grade et l’échelon en fin de carrière.



A noter que les titulaires du diplôme d’auxiliaire de puériculture peuvent s’orienter vers une formation d’aide-soignant, d’aide médico-psychologique, d’infirmier ou d’éducateur de jeunes enfants.